Samedi 24 mars et dimanche 25 mars 2018

Organisé par la Cie /TranS/ première édition en partenariat avec le Département des Arts, Section Danse, de l’Université de Nice Sophia Antipolis.
Evénement chorégraphique public trimestriel autour de la danse contemporaine et des collaborations singulières qu’elle génère.

Chaque évènement mettra en dialogue un chorégraphe avec des artistes et/ ou chercheurs de diverses disciplines : historiens, anthropologues de la danse, philosophes, scénographes, plasticiens... Le 1er évènement aura lieu du jeudi 22 au dimanche  25 mars 2018, autour du thème :
 « Mettre en mot, mettre en signe l’expérience dansée ».

Au cours de cet événement seront proposées à la fois des journées de réflexion, de pratiques autour de l’explicitation des savoirs du corps à l’Université Nice Sophia Antipolis, Campus Carlone. Un stage, le week-end du 24-25 mars, et des performances auront lieu à l’espace danse et dans la salle de spectacle de l’Entre-Pont, au 109.

Entrée :
> la soirée avec les deux spectacles "SEULE" et "ISSUE" est à 5€ (+ adhésion public de 2€ à l'Entre-Pont)

Pour réserver, CLIQUEZ ICI


> les stages : voir tarif spécifique dans la description détaillée.

Le programme :

Vendredi 23 mars > de 18h à 21h // atelier découverte

Creative Writing and Body Mouvement - Atelier d’écriture et mouvement du corps
Dirigé par Fiorenza Menini 
Tarif : entrée gratuite + adhésion à l'Entre-Pont
Renseignements et inscriptions : fiCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Une nouvelle discipline expérimentale ouverte à tous.  


© Fiorenza Menini

Le mouvement du corps, comme propulseur du mouvement de la pensée. Qui n’a jamais pratiquée une bonne marche pour “s’éclaircir les idées”!
L’état corporel conditionne notre façon de percevoir le monde, de penser et d’en déduire du sens ou des concepts. Il est proposé ici de commencer à en connaître les mécanismes, l’écriture comme trace de cette évolution et compas de soi.  Le corps est porteur d’expérience d’états énergétique qui influent sur la pensée. Le Creative Writing and Body Mouvement permet de créer un espace de transformation, de connaissance de soi grâce à l’écriture. L’écrit est guérisseur, en mettant à jour les émotions, surtout celles qui ne sont pas connues. L’écriture permet de faire remonter les mondes intérieurs, en instance ou besoin de devenir. Les récits, les histoires, qui nous attendent, qui nous sont nécessaires.

 

Samedi 24 mars > de 13h à 20h //atelier de pratique artistique

Atelier dʼécriture poétique de Julien Marcland autour du thème « mettre en mots lʼexpérience du mouvement »

« Apéro poétique » > 19h : restitution par les stagiaires de lʼatelier poétique dans lʼespace accueil

Dirigé par Julien Marcland
Tarif : 40€ / 30€ (tarif réduit pour les étudiants et les demandeurs d'emploi) + adhésion annuelle à l'Entre-Pont
Renseignements et inscriptions : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou 06 17 45 21 11


Julien Marcland © Virginie Jousset

La traduction du corps et la transposition du mouvement : le corps chorégraphique, le corps poétique, d'une écriture l'autre.
Comment mettre des mots sur le corps et les corps en mouvement, sur une écriture chorégraphique? Peut on dire l'ineffable de la danse, ne serait-ce que par fragments, par aperçus, notes et intuitions? Pour en faire quoi? Pour aller où? C'est la tentative que proposera l'atelier d'écriture. Sur une journée, les écrivants amateurs comme professionnels seront invités, à l'aide de contraintes diverses proposées par Julien Marcland, à aller à la rencontre du travail de répétition chorégraphique des artistes en résidence, d'en saisir leur singularité, leurs effets, et de le traduire, dans la mesure du possible, en mots. La restitution de leur travail d'écriture sera proposée en lecture au public à l'apéritif avant les spectacles (sans oublier quelques surprises interactives), l'occasion pour les écrivains d'un jour d'offrir leurs regards sur ces oeuvres et un avant goût, quoique décalé, de celle-ci.

Julien Marcland est à la fois poète, comédien, formateur et concepteur de spectacles. Sa formation est hétéroclite : Doctorat de Philosophie à Paris X Nanterre, école de formation professionnelle de lʼacteur, Claude Mathieu. Il a publié à ce jour trois ouvrages poétiques : « Neige » en 2000 aux éditions Les Cygnes, et « Parole et musique » suivi de « Amitiés à Perec » en 2004 aux éditions Le Veilleur, ainsi que deux pièces de théâtre « Réclame » en 2007, et « Sur lʼOubli » en 2012 quʼil a créé et mis en scène à la Scène nationale de lʼOise à Compiègne. Il dirige depuis plusieurs années des ateliers dʼécriture et participe à de nombreux festivals en France et à lʼétranger. Contenu + précis du stage à venir

 

Samedi 24 mars > 20h30 // spectacle  

SEULE


Seule © Laura Dievart

Chorégraphie : Laurence Marthouret
Interprétation : Jeanne Chossat
Texte : Valérie Rouzeau
Environnement sonore : Patrick Marcland

Note dʼintention :
Dans lʼimmobilité du silence intérieur les mots résonneront et se logeront dans la matière même de la chair. Ils seront entendus et vus par le prisme du mouvement. Dans cet effondrement, le corps restera seul, flottant dans lʼespace immense de la nuit , suspendu. LM

Pour réserver, cliquez ici


Samedi 24 mars > 21h // spectacle

I S S U E  


Issue © Laura Dievart 
                                    
Chorégraphie : Eugénie Andrin
Musique : Tarik Benouarka
Scénographie : Roxane Ducruet
Danseuses : Marie-Pierre Génovèse, Eugénie Andrin

La nouvelle chorégraphie d’Eugénie Andrin est née de la rencontre avec le journaliste Shiran Ben Abderrazak et la plasticienne Roxane Ducruet. Elle s’est enrichie au cours d’une masterclasse destinées à des danseurs professionnels tunisiens, à la Villa Dar Eyquem à Hammamet. Cette création se présente au lendemain des printemps arabes comme une réflexion en chair et en os sur la fragilité des idéaux révolutionnaires et le prix de la liberté.
Un jeu entre les danseurs et un décor de portes suspendues permet d’interroger ces nouveaux seuils, ces épreuves de passages, et indique un chemin dans un labyrinthe plein d’obstacles. Tour à tour, ces portes qu’on pousse s’ouvrent sur nos peurs, l’abîme, l’illusion, mais aussi le rêve, l’espoir, la vérité. «  Sous forme de chroniques, le livre de Shiran Ben Abderrazak  Journal d’une défaite, se situe au cœur du mouvement de révolte et représente une voix parmi le peuple tunisien qui s’est soulevé. Une voix qui incite à se battre, à ne plus avoir peur, une voix qui crie à la trahison et accuse le manque de courage conduisant à l’échec révolutionnaire. A travers cette œuvre, j’ai choisi d’aborder le thème si «  imposant  » de la liberté, d’une manière intimiste, en me basant sur les sentiments éprouvés par le peuple tunisien lors de la révolution arabe, et les mois qui ont suivi ce moment crucial  ». Eugénie Andrin

Pour réserver, cliquez ici


Dimanche 25 mars > de 10h à 13h et de 14h30 à 17h30  //atelier de pratique artistique

Stage avec Patricia Kuypers 

Dirigé par Patricia Kuypers
Tarif : 40€ / 30€ (tarif réduit pour les étudiants et les demandeurs d'emploi) + adhésion annuelle à l'Entre-Pont
Renseignements et inscriptions : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou 06 17 45 21 11

Ecrire à plusieurs :

Le défi de l'improvisation comme forme de spectacle est de faire voir en direct ce que l'on est en train de découvrir. En danse cette tradition encore récente se nourit aussi de la richesse du travail collectif : faire à plusieurs, collaborer, se mettre d'accord dans l'action. De l'exploration de ces modes collaboratifs sont nées des partitions, des jeux chorégraphiques qui soutiennent la possibilité de création en temps réel, à deux ou plus. C'est ce que l'atelier proposera d'explorer. Comprendre et jouer un processus simple apte à générer une danse improvisée. Observer les pénomènes qui émergent et accorder la partition à nos désirs. En une journée, nous n'aurons probablement que le temps de nous initier à cette approche, c'est en jouant que nous en découvrirons le potentiel. Notre disponibilité à interagir sera soutenue par des pratiques physiques préliminaires. Les outils du toucher et l'accordage des sens, seul et en relation avec un partenaire, favoriseront la mise en mouvement du corps et de l'imaginaire.

BIO: Dès le milieu des années 80, Patricia Kuypers a été immergée dans l'improvisation et le Contact Improvisation à travers sa rencontre avec Steve Paxton et les courants de danse post moderne ce qui l'a amenée à développer une démarche où l'être vivant, percevant, communicant et son intelligence propre se trouvent au centre du processus artistique. La collaboration avec des artistes de différentes disciplines, danseurs, musiciens, plasticiens, éclairagistes, a été moteur pour la création de ses spectacles, en petites formations ou en big band, affirmant et développant la spécificité de l'improvisation dansée. L'enseignement et la production de performances improvisées dans des lieux privilégiés qui favorisent la circulation entre création et formation, lui a permis de préserver une liberté du mode de création. Egalement active dans le domaine de l'édition et de l'écriture de et sur le mouvement, ce quʼelle fit notamment longtemps au sein de la revue Nouvelles de danse de l'association Contredanse dont elle est fondatrice, Patricia Kuypers développe actuellement une recherche sur l'improvisation en danse « La partition intérieure ». Dans la collaboration avec Franck Beaubois, sa démarche a également croisé la question de lʼinteractivité danse/vidéo temps réel, notamment pour les créations autour du délai temporel et un prochain projet in situ en cours « Panoramique ».